Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Regard sur l'Ascension Planétaire via SiStar

Regard sur l'Ascension Planétaire via SiStar

~ Ere de Partages ~ Welcome ~


Dolorès Cannon, Extraits de ses livres et interviews en français, 4ème partie et fin

Publié le 3 Novembre 2017, 17:29pm

Catégories : #Dolorès Cannon, #Interviews

Dolorès Cannon, Extraits de ses livres et interviews en français, 4ème partie et fin
LES GARDIENS
IMPLANTS

D : J'ai parlé avec d'autres entités des implants qui sont insérés dans le corps des gens sur Terre, ils m'en ont parlé. 

J : Que voulez-vous savoir ? 

D : Sont-ils insérés dans le corps des gens ? 

J : Non, ils ne le sont pas. 

D : Juste dans certaines personnes peut-être ? 

J : Oui, c’est ça. 

D : Comment ces gens sont-ils choisis, si on peut parler de choisir ? 

J : Ce n'est pas une question de choix mais d'accord. 

D : J'essaye de comprendre pourquoi, c'est pour suivre les gens c'est ça ? 

J : Oui, dans certains cas. 

D : Et dans les autres cas ? 

J : Je vais vous expliquer d'une façon qui vous permettra, je pense, de comprendre. Il existe des patches chez vous que vous mettez après une opération qui distribuent automatiquement des médicaments nécessaires au patient. De la même manière, les implants ont au moins deux rôles dont je peux parler : pour vous, c'est comme un système de suivi ; dans certains cas cependant, c'est aussi un moyen de mettre à jour et vérifier les systèmes des gens comme pour un patient post opératoire. 

D : Vous voulez dire que la personne est opérée, qu'il y a chirurgie ? 

J : Oui, dans certains cas. 

D : Puisque c'est votre travail, est-ce que vous pouvez me parler de ces opérations et de leur raison d'être ? 

J : Nous avons parlé des systèmes, il y en a toutes sortes dans le corps humain. Les systèmes circulatoire, respiratoire, digestif, nerveux, etc. Donc, on essaye d'amener la personne à une évolution nécessaire pour qu'elle puisse tolérer des doses additionnelles soit : 

a) d'informations 

b) de taux vibratoire 

c) de conditions atmosphériques, comme nous en avons parlé préalablement. Vous voyez, ce ne sont pas uniquement des systèmes de surveillance, ça dépend du type de système. 

D : Est-ce que ces systèmes peuvent créer des problèmes ? 

J : Quelquefois oui, même si ça ne met pas la personne en danger. Quand vous dites « problèmes », dites-moi à quoi vous pensez ! 

D : Des réactions qui ne marcheraient pas avec le corps, des choses que les gens remarqueraient. 

J : Quelquefois, la personne sent un problème mais ça ne met pas sa vie en danger. J'essaye de penser à une parabole connue par votre culture et votre environnement qui vous parlerait. (il pense) C'est un peu comme si vous donniez de l'huile de ricin à un enfant, ça le rend malade quand il la prend mais c'est aussi une façon de guérir le mal. Donc, concernant le problème, suivant le système affecté, il peut y avoir des problèmes de connexion par rapport au fonctionnement de l'implant. 

D : Quelles sortes de problèmes ? J'aimerais pouvoir les reconnaître. 

J : Quelquefois, la personne peut se sentir agitée, quelquefois il y a des symptômes physiques comme si la personne venait de courir 150 km sans être entraînée. Il peut y avoir des problèmes digestifs. Quand la personne s'ajuste sur des fréquences de plus en plus élevées, elle doit aussi ajuster ce qu'elle mange pour qu'un taux vibrationnel plus élevé puisse entrer dans le corps. Certaines personnes ont changé leur alimentation. Certains diront que c'est un problème. Si vous adorez la viande, fumer et des choses comme ça, vous aurez peut-être une période d'ajustement. C'est comme si vous faisiez un régime, vous devez arrêter de manger des bonbons. L'humain passera par des changements physiologiques et physiques. 

D : Est-ce que ça se passe quand l'implant est inséré ? 

J : Pas uniquement ; ça peut se passer à ce moment-là mais ça peut aussi se passer sur une période de temps comme dans le cas d'un implant qui opère sur un temps déterminé. 

D : On n'a pas besoin de l'ajuster à ce moment-là ? 

J : De temps en temps, des ajustements sont faits. 

D : Est-ce que les ajustements sont automatiquement faits sur un vaisseau ? 

J : Oui, dans la plupart des cas, si c'est fait sur le corps. 

D : En cas de problèmes digestifs, est-ce que ça peut être un mal de ventre ou des symptômes de grippe intestinale ? 

J : Le corps passe par des changements. Un peu comme pour une personne qui a mangé de la viande et qui choisit de manger des fruits et des légumes, elle fera l'expérience d'un nettoyage intestinal comme de la diarrhée par exemple. C'est une purification du système. 

D : Donc ce n'est pas nécessairement dû à un changement de régime, ça peut être dû aux implants. 

J : Un implant créera un changement de régime, donc ce sont les deux, pas juste l'un ou l'autre. 

D : Je vois. En général on a tendance à croire que ces implants ne sont pas positifs. Les gens qui découvrent qu'ils ont des implants sentent que leur corps a été envahi (violé). 

J : C'est parce qu'ils n'ont pas encore le niveau de conscience pour comprendre ce à quoi ils participent. Ils peuvent aussi ne pas participer. 

D : Ils peuvent ne plus le faire ? 

J : C'est ça. 

D : Parce que certaines personnes se mettent très en colère, ils sentent vraiment que leur corps n'a pas été respecté. 

J : C'est compréhensible. Peut-être parce qu'ils ont vécu un déséquilibre. Beaucoup de gens veulent participer puis quand ils réalisent qu'ils le font, ils disent : « Non, je ne veux pas faire ça. » S'ils ne veulent pas évoluer ou s'ils ne sont pas intellectuellement aptes à évoluer vers des activités plus élevées, ils réagiront comme ça. Il peut se passer différentes choses, suivant ce que la personne choisit, mais c'est leur choix. 

D : Ce n'est pas un choix conscient, c'est ça ? 

J : Non, ce n'est pas conscient. 

D : Mais ça peut devenir conscient s'ils le découvrent. A quel âge les implants sont-ils généralement installés dans le corps ? 

J : Il n'y a pas d'âge particulier. 

D : Ca ne se passe quand ils sont enfants ? 

J : Non, pas nécessairement, ça peut se passer à n'importe quel âge selon la personne. 

D : Je pensais qu'ils étaient observés sur toute une vie. 

J : Pas nécessairement. Certaines personnes oui. Nous avons remarqué que les personnes qui ont été suivies toute leur vie et qui ont participé toute leur vie ont la capacité de transitionner et de travailler avec des niveaux d'énergie plus élevés. Ce n'est pas nécessairement dû à un conditionnement mais plutôt à un point de vue développemental. 

D : Où les implants sont-ils le plus communément implantés ? 

J : A différents endroits. Il y a de nombreux tests qui sont faits avant d'insérer un implant. (elle sembla être frustrée) Comment vous dire ? Les implants sont utilisés pour suivre certaines personnes-clés. Ces implants aident aussi la personne à faire le travail qu'elle a choisi de faire. Ceux qui sentent l'implant comme envahissant ou comme une violation n'ont pas développé un niveau de conscience assez élevé pour qu'on leur en fasse part ou qu'on leur fasse assez confiance pour partager avec eux l'entièreté du projet. Ils se sentiront enragés. S'ils continuent comme ça, ils n'ont pas la… -j'hésite à dire le mot- qualité, bien que je ne puisse penser à un autre mot qui explique que, soit ils restent dans leur colère, soit ils la transcendent. S'ils restent dans leur colère, on les élimine du projet parce qu'ils choisissent de l'être. 

D : Oui, s'ils sont assez en colère pour dire : je ne veux plus faire ça. 

J : Oui, ça ne pourrait pas se passer. La colère est une étape de transition parce qu'ils abandonnent la personne qu'ils étaient. Quand la conscience s'élève par étapes, vous avez entendu dire que « le mécontentement permet d'avancer ». Une personne qui n'a pas le niveau de conscience voudra parfois commencer par vouloir savoir. Quand ça se passe, nous savons qu'ils ont la capacité et qu'ils sont prêts pour l'étape suivante. Vous comprenez ? 

D : Oui, je comprends. 

J : Ce n'est pas une étape que nous aimons beaucoup, c'est comme une personne qui vient juste d'être opérée et qui ne se sent pas bien quand elle se remet de l'opération. 

D : Oui, besoin de récupérer ensuite. 

J : C'est le seul équivalent auquel je puisse penser pour l'instant. J'ai un peu de mal à trouver des mots qui vous permettent de bien me comprendre, je vous prie de m'excuser de mes hésitations. 

D : C'est ok. C'est important que les gens réalisent que ce n'est pas une violation de leur personne et qu'ils n'ont pas besoin de se mettre en colère. 

J : Ils ne peuvent dépasser cette colère parce qu'à leur niveau de conscience, ils ne pourraient supporter de connaître la vérité. 

D : Ils pensent que quelque chose de terrible leur est arrivé. 

J : Oui, en plus ils le voient comme ça à cause des médias de votre planète. Une personne qui ne vit que pour elle-même se sentira complètement violée. Parce qu'ils sentent tellement leur humanité, ils ne peuvent penser qu'à eux-mêmes. 

D : Oui. Vous avez dit que beaucoup de tests sont faits avant de choisir l’endroit où sera inséré l'implant. 

J : Ça dépendra du système qui sera affecté : neurologique ou circulatoire. 

D : Est-ce que certains endroits sont utilisés plus fréquemment ? 

J : Oui, il y des endroits plus courants, comme la narine, parce que c'est près d'un nerf qui va directement vers le nerf optique et le cerveau. 

D : C'est fait pour quoi ? 

J : Il y a deux raisons : l'une pour enregistrer ce que la personne fait. L'autre pour suivre la personne car le cerveau transmet les pensées de la personne à tout moment. On peut aussi communiquer ainsi. 

D : Ou encore ? 

J : Dans le rectum. 

D : Vraiment ? Mais ça ne peut pas sortir ? 

J : Non, parce qu'il est dans la peau. Autrement encore derrière l'oreille, au bas de la tête, sur le crâne et occasionnellement aux joints. 

D : Les joints comme les genoux et les coudes ? 

J : Je ne peux pas vous le dire. 

D : Vous ne pouvez pas en parler ? Et derrière l'oreille ? 

J : Il y a des points de pression sur tous les méridiens du corps sur lesquels sont positionnés les implants. Vous connaissez la digito-pression ? 

D : J'en ai entendu parler. 

J : Le long des méridiens qui sont des points clés - comme nous en avons déjà parlé pour les connexions de l'espace - il y a des joints de méridiens. Donc, au niveau électrique, les implants seront placés là où ça servira le projet dans lequel ils sont. 

D : Que peut-on dire du bas de la tête ? 

J : C'est pour suivre la personne, ça fait aussi partie d'un projet neurologique. 

D : Est-ce que ça influence une personne ? 

J : Pas nécessairement. Certains appareils sont utilisés pour communiquer, comme je vous l'ai indiqué. Il peut y avoir différents niveaux de communication entre la personne et… (hésitation) les énergies de l'espace pour que... Sa voix devint hésitante comme si elle écoutait quelque chose puis elle s'adoucit comme quand elle me parlait des planètes. 

D : Quelqu'un vous parle-t-il ? 

J : Oui à travers une vibration très élevée dans mon oreille gauche. 

C'était de ce côté qu'était l'enregistreur sur la table mais je ne voyais pas de connexion car la pièce était très calme à ce moment-là. 

J : Ils communiquent comme ça à distance avec moi. 

D : D'accord, ce n'est pas dans la pièce ici ? 

J : Non, vous ne l'entendez pas car vous n'êtes pas au même endroit que moi. C'est comme ça que les miens communiquent entre eux. Quand je vous parle, je reçois de l'information même si je n'ai pas à en connaître le contenu. 

D : Ca entrera directement dans votre cerveau ? 

J : Ca viendra à moi par ce son très élevé et soit je vous le communique soit je reçois des instructions. Quand nous parlons, deux choses se passent : je parle avec vous et on me parle. Mais je n'ai pas à me concentrer sur ce qui arrive entre les deux. 

D : Y a-t-il quelque chose pour moi ou est-ce uniquement pour vous ? 

J : Si ça l'est, je vous en parlerai. Je ne sais pas encore. 

D : Ok, je me demandai pour l'implant au bas de la tête. 

J : (interrompue) Oui, j'en discutais avec vous. (grand soupir) Les implants sont utilisés de différentes manières suivant les personnes. Donc, un implant au bas de la tête de Janice pourrait être utilisé différemment sur elle, Georges ou John. Certains implants servent simplement aux mises à jour. Par cela, je veux dire pour voir ou la personne en est et ce sur quoi elle doit se concentrer. C'est un peu comme un contact radio. 

D : J'aime la précision, c'est pourquoi je pose de nombreuses questions qui peuvent irriter peut être. 

J : Ce n'est pas mon cas mais je dois être prudente parce qu'on m'a dit que je ne peux pas tout partager avec vous. 

D : Que pouvez-vous dire des autres implants ? Vous avez dit qu'il y en avait dans les joints ? 

J : Imaginez les méridiens du corps et les lignes telluriques de la Terre ! Imaginez une personne positionnée sur une ligne tellurique avec les méridiens correspondants, vous comprendrez un des projets dans lesquels je travaille dans le transfert énergétique. Je peux vous en parler un peu mais sans grands détails. Certains implants sont nécessaires pour certaines étapes de travail avec le programme de l'espace. Mais si la personne décide qu'elle veut continuer, les implants ne sont plus nécessaires. 

D : Ils n'en ont plus besoin ? 

J : Ou quelquefois seulement quand les systèmes évoluent et qu'il faut faire des ajustements vibrationnels sur la physicalité de la personne. 

D : (je n’ai pas pu résister) Est-ce que vous pouvez me dire s'il y a des implants sur mon corps ? Vous pouvez ? 

J : (pause) Je n'en trouve pas mais ça ne veut pas dire que vous n'en avez pas. 

D : Je me demandais si vous aviez une méthode avec laquelle vous pouviez... 

J : (interrompue) J'ai une méthode. Je peux peut-être scanner votre corps, si vous me permettez. 

D : Oui, si ça n'est pas inconfortable, je me demande juste si j'en ai. 

J : Je n'en trouve pas. 

D : Vraiment ? Parce que, de temps en temps, je sens une douleur au bas de la tête et je me demandais si ça pouvait en être un. 

J : Je ne crois pas. Je pense que ce sont des changements moléculaires à l'intérieur de votre crâne. Les énergies avec lesquelles vous travaillez … Vous ne pourriez le faire sans être affectée. Les ajustements que vous sentez vous permettent de faire ce travail sans être trop affectée car ça va peut-être s'intensifier. 

D : De temps en temps, je ressens de la douleur comme quand le cou et les muscles sont douloureux, quelquefois je sens une douleur vive qui ne dure pas. 

J : Je vais examiner le haut de votre tête.

Il y eut une longue pause puis je fus surprise. Quand d'autres êtres m’avaient scannée, mon corps avait ressenti des picotements et je me demandais si c'était mon imagination. Je pensais qu'il y avait peut-être eu des picotements parce que je me concentrais sur la partie concernée. Dans des sessions avec Janice, j'avais senti un peu de chaleur ou de vibrations en haut de ma tête mais c'était court et ce n'était pas inconfortable. Je pensais que ça se passerait de la même façon cette fois-ci mais ce fut beaucoup plus intense. Le haut de ma tête chauffa comme si une lampe à chaleur ou une source d'énergie similaire avait été posée directement sur mon crâne Ce n'était pas mon imagination et ça a duré quelques secondes. J'ai dit tout haut : « Je sens la chaleur. » Je me suis mise à rire parce que je me sentais bien malgré la chaleur et je sentais que l'entité ne me voulait pas de mal.

D : Vous avez trouvé quelque chose ? 

J : Si vous aviez un implant, il n'y est plus. Et son but est accompli car l'activité de votre cerveau est plus forte. 

D : Vous pensez donc qu'il y a pu y avoir quelque chose ? 

J : Peut-être. Ce n’est pas moi qui l'ai mis, ce qui ne veut pas dire... 

D : Pourquoi est-ce qu'il y avait autant de chaleur quand vous travailliez ? 

J : Je cherchais à l'intérieur. 

D : Est-ce que j'ai encore un cerveau (rire), c'était étrange ? 

J : (gentiment) Je vous avais demandé la permission. 

C'était vrai, je ne pouvais pas me plaindre alors que j'avais donné ma permission... De plus, il était temps de compléter cette session et je remerciai le sujet avant de conclure. 

FIN des traductions (dec. 2014)

source www.echo-zen.com/wp-content/uploads/2014/12/Dolores-Cannon-EZ.pdf

Afficher l'image d'origine

Retrouvez d'autres partages par ici : #Dolorès Cannon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents